Qi'méya

... un sport ludique basé sur des principes anciens d’équilibre, d’adaptation et d’écoute corporelle.

Qi'méya - 4 artistesLa Qi’méya (prononcer « Tchi-mé-ya ») développe un meilleur équilibre corps-esprit à travers les roulements, les rebondissements et les équilibres d’une simple balle.

Accessible à tous, la Qi’méya améliore également la proprioception et la conscience corporelle en intégrant des pratiques dérivées des peuples indigènes de l'Amérique centrale. Ces exercices et jeux aident à identifier les tensions chroniques, et à stimuler les muscles en profondeur tout en développant la concentration, la détente, et la fluidité de mouvement.

Formé dans l’école de don Miguel Ruiz, auteur de « Les quatre accords toltèques », Jeff Sylverwind vous invite à explorer ces pratiques millénaires, ainsi qu’un nombre de principes corporels acquis au cours des années de formation dans le shiatsu et la danse.

Si cela vous intrigue, vous pouvez trouvez plus d'informations sur le site de la Qi'méya : qimeya.fr.

 

Cours et rencontres

 

Vous pouvez trouver toutes les informations sur la page Activité de qimeya.fr.

Pour plus d’informations, appeler
Jeff Sylverwind au 06.22.68.38.27.

Partager cette page...

               

Nous suivre

            

Paroles de sagesse

« Le rassurant de l'équilibre, c'est que rien ne bouge. Le vrai de l'équilibre, c'est qu'il suffit d'un souffle pour tout faire bouger. »

- Julien Gracq

Une histoire zen

Le secret et le silence

firefoxDeux moines zen, un jeune et un patriarche, se promènent sur un plateau désert. Le jeune nommé demande :

« Maître, je veux savoir, qu'est-ce que le secret, qu'est-ce que le silence ? »

Le patriarche reste muet et poursuit son chemin, suivi du jeune disciple qui répète :

« Maître, maître, qu'est-ce que le secret, qu'est-ce que le silence ? »

Ils parviennent en bordure d'une falaise. Un arbre surplombe le vide, presque à l'horizontale. Le vieux moine ordonne à son jeune ami :

« Marche en équilibre le long de cette branche. »

Le jeune moine avec prudence, avance au dessus du vide.

« Maintenant, dit le patriarche, arrête-toi, baisse-toi, mords très vite la branche entre tes dents et suspends-toi dans le vent comme un fruit vert que tu es ! »

Le jeune moine, très inquiet mais très discipliné, obéit à son maître, et bientôt il est pendu au-dessus du vide, retenu par ses seules mâchoires.

« Maintenant, lui dit le maître, dis-moi, qu'est-ce que le secret, qu'est-ce que le silence ? »